En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Essais > Actualité, Economie, Société > Tintamarre et Bulalakaw : parer au Covid par le rituel
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Tintamarre et Bulalakaw : parer au Covid par le rituel

Frédéric Laugrand

PUG
Format: PDF sans DRM

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
Gratuit

Ajouter au panier
La gestion de la crise sanitaire du Covid-19 en Europe peut elle-aussi se lire comme un vaste rite occasionnel dont les séquences se télescopent. L’africaniste Luc de Heusch, l’un des plus grands anthropologues belges du XXe siècle, définissait les rites comme « un projet d’ordre pour défendre ou restaurer l’être dégradé, accroître son potentiel vital ou, inversement, détruire l’être-de-l’autre ». Il proposait de distinguer trois types d’action : des rites cycliques de l’ordre de la structure (les fêtes de Noël, par exemple) ; des rites de passage ou transitifs liés à un temps irréversible (comme l’initiation des jeunes ou les anniversaires) ; et des rites occasionnels qui offrent une parade aux dérèglements historiques de l’ordre collectif et cyclique. Avec la crise du Covid-19, ces derniers ont le vent en poupe. Ils s’observent dans plusieurs régions de la planète.

Ceux qui ont été intéressés par Tintamarre et Bulalakaw : parer au Covid par le rituel ont aussi consulté :