En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > LITTÉRATURE > Poésie > Les Courtésies d’Eugène
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Les Courtésies d’Eugène

Eugène Jean-Michel Mangata

Le Lys Bleu Éditions
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
4,99

Ajouter au panier
Un recueil de poèmes d'une grande sensibilité.

Marseillais de naissance mais créole de sang, la France a été mon berceau, le pays de PAGNOL a bercé mon enfance tout autant que MISTRAL ou Alphonse DAUDET. Je suis pourtant du pays de FANON et de Monsieur CESAIRE et si je n’ai pas ses mots j’ai malgré tout le même goût du littéraire.
Pourtant ce n’est pas l’école qui m’a contaminé, juste bon cancre et bon mauvais élève, j’étais tellement dans la lune qu’on bien cru que je serai astronaute (là, vous êtes censé rire).
Ballotté par l’Assistance Publique j’ai longtemps été prisonnier de cette logique tordue qui voulait me destiner à devenir ce toxicomane que j’ai été longtemps. Perdu au milieu de la France autant qu’au milieu de ma vie, j’ai plus rêvé l’amour que je ne l’ai vécu. Je l’ai pourtant touché du bout du cœur sans pour autant réussir à l’apprivoiser.
Et puis est arrivé cette grosse envie de reconstruire ce qui chez moi était mal construit, avec une overdose de foi et cette certitude d’avoir à mes cotés ce Dieu d’éternité qui semble toujours nous échapper.
Alors, j’ai pris les mots à bras le cœur et j’ai poétisé toutes mes émotions ou presque. J’ai voulu dire encore, avant que tout ne meure, ces mots doux qui ne se disent plus.
J’ai de ma France ce profond romantisme qui m’a appris qu’aimer beaucoup ne suffit pas, il faut aimer longtemps pour être à peu près sûr d’aimer vraiment.

Découvrez les poèmes d'Eugène Jean-Michel Mangata dans ses Courtésies dans lesquelles il raconte et transmet ses émotions.

EXTRAIT

Va donc remiser ta tristesse
Dans le dernier de tes placards
Du fin fond de ton cœur
Empare toi de sa tendresse
Et fais toi s'en un étendard
Gausse toi de ceux qui se moquent
Et qui te rendent la vie glauque
Dés que tu sourie c’est gagné
La vie est belle comme en été
Si tu dois mourir d’une chose
Que seul l’amour en soit la cause
Car tu seras ressuscité
Dès que quelqu’un voudra t' aimer.
Toutes les guerres
et tous les combats
Ne feront pas baisser tes bras
Qu' il soit un misérable ou roi
Ton cœur sait qui il aimera

Ceux qui ont été intéressés par Les Courtésies d’Eugène ont aussi consulté :