En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > LITTÉRATURE > Théâtre > Drusilla
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Drusilla

Jean-Luc Marchand

La Compagnie Littéraire
Format: ePub sans DRM

Lire un extrait    

Prix :
2,99

Ajouter au panier
Le destin de Drusilla, soeur de Bérénice et fille d’Agrippa Ier, provisoirement oubliée par l’Histoire.

Il y a près de 350 ans paraissait la tragédie historique de Jean Racine, Bérénice. Œuvre classique par excellence du théâtre français, c’est à partir de cette trame que Jean-Luc Marchand a décidé de dévoiler le destin de Drusilla, soeur de Bérénice et fille d’Agrippa Ier, provisoirement oubliée par l’Histoire. Au prix d’un investissement sans failles et de nombreuses recherches sur les événements et protagonistes de l’époque, l’auteur est parvenu à transposer en alexandrins les péripéties de la jeune Drusilla. En ce temps-là, au royaume de Chalcis, la princesse Drusilla va rencontrer le jeune Épiphane, fils du roi de Commagène, auquel elle a été promise lorsqu’ils étaient enfants. Elle en tombe immédiatement amoureuse, mais le complot des hommes en a décidé autrement. En parallèle, bien des intrigues se trament au palais. Avec talent, Jean-Luc Marchand parvient ainsi à nous transporter en l’an 49, « là où l’ancien royaume d’Alexandre et le nouvel Empire romain se chevauchent ». Au cœur d’une fiction historique peu commune, alliant forme traditionnelle et pensée d’aujourd’hui, il remet au goût du jour l’art classique de la tragédie antique.

Grâce à la plume habile de Jean-Luc Marchand, voyagez jusqu'en l'an 49 et plongez au cœur d’une fiction historique peu commune, alliant forme traditionnelle et pensée d’aujourd’hui, il remet au goût du jour l’art classique de la tragédie antique.

EXTRAIT

            Oui, je ne suis venu rencontrer Agrippa
            Seulement en effet pour en arriver là.
            Je savais en venant qu’avec la Palestine
            Je pourrais contenir la puissance latine.
            Mais c’est insuffisant à suivre mes menées.
            Car sans l’appui gagné des souverainetés
            De la Babylonie à la mer Hyrcanienne87
            Je ne puis retrouver la royauté ancienne.
            C’est plutôt la Parthie qui désormais m’agite,
            Me laissant indécis sur la bonne conduite
            Qui pourrait aboutir à notre réussite.
            En effet si le sort entre deux rois88 hésite
            Aucun des prétendants ne saurait renoncer
            Au sortir des combats, à son autorité.
            Et bien que notre sang offre tous les mérites
            Je sais l’avidité que le pouvoir suscite.
            Si malgré mes efforts pour éviter la guerre,
            En mariant Épiphane avec une héritière,
            Princesse de Parthie, je ne puis contrôler
            Ce bout de Séleucie, je doute d’un succès ;
            Car même les Romains respectent leurs armées
            Qui surent se couvrir d’honneur dans le passé.
            Je songe à Surena89 et ses cataphractaires
            Qui combattant Crassus90 à Carrhes91 dévastèrent
            Des armées aguerries en nombre supérieur,
            Tuant le triumvir dans un moment trompeur92.

Ceux qui ont été intéressés par Drusilla ont aussi consulté :