En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Histoire et Géographie > Histoire > Histoire du Monde > La petite histoire des courtisanes
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

La petite histoire des courtisanes

Marc Lemonier

Jourdan
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
11,49

Ajouter au panier
Les courtisanes existent depuis toujours. Voici l'histoire des plus extravagantes d'entre elles.

Demi-Castors, Cocottes, Membres de la Garde ou de la Haute- Bicherie, Demi-Mondaines, Grandes horizontales, Lionnes, Lorettes... les courtisanes sont des prostituées de luxe, les plus belles femmes de leur temps, douées de talents multiples, érotiques ou artistiques, mis au service d’hommes fortunés qu’elles s’évertuent à ruiner en se faisant offrir des rivières de diamants et des hôtels particuliers.
Certaines d’entre elles se distinguent par leur goût pour la littérature, comme Yo Xianji, prostituée et poétesse. D’autres se rêvent espionnes au service de leur patrie, comme la Castiglione ou les filles délurées de « l’escadron volant ». La plupart sont les muses et les modèles de grands artistes : Méry Laurent est l’un des modèles préférés de Manet, mais également l’inspiratrice du personnage de Nana chez Émile Zola et d’Odette de Crécy dans À la Recherche du temps perdu.
Voici l’histoire des plus extravagantes d’entre elles. De Messaline, « l’impératrice des putains », à la Dame aux camélias, de Ninon de Lenclos à Lola Montès, toutes eurent en commun d’adopter la devise de la Belle Otéro : « La fortune ne vient pas en dormant… seule ».

Plongez-vous dans l'histoire de ces courtisanes qui ont touché le pouvoir et découvrez qui elles étaient vraiment.

EXTRAIT

Le métier de courtisane n’est pas sans danger. À force de susciter des confidences sur l’oreiller, il peut devenir tentant d’en faire commerce, une tentation à laquelle la Castiglione semble bien avoir cédé.
Virginia Elisabetta Luisa Carlotta Antonietta Teresa Maria Oldoini, Contessa di Castiglione, est née à Florence le 22 mars 1837, dans une famille de l’aristocratie piémontaise. Son père, le marquis Filippo Oldoini Rapallini, député au parlement du royaume de Sardaigne avant d’être ambassadeur à Lisbonne, lui fait donner l’éducation qui convient à son rang. La jeune fille apprend, très jeune, la musique, la danse ainsi que le français et l’anglais, qu’elle parle avec un accent délicieux.
Mais ce qui frappe chez elle est sa beauté, on la surnomme « La Perla d’Italia ». Ce qui attire évidemment un grand nombre de soupirants. L’heureux élu, le comte Francesco Verasis de Castiglione, l’épouse alors qu’elle n’a que 17 ans. Le couple bat rapidement de l’aile, quand le mari l’abandonne régulièrement pour se mettre au service du roi. Virginia prend un amant, Ambrosio Doria, puis, lorsqu’elle s’en lasse, un second, Marcello Doria, frère cadet du précédent. Mais elle noue surtout en secret une intrigue sentimentale avec le roi de Sardaigne, Victor Emmanuel II, dont elle devient la maîtresse et l’espionne.

A PROPOS DE L'AUTEUR

Marc Lemonier est journaliste et auteur d’une soixantaine de livres consacrés à l’Histoire de la ville de Paris, au langage populaire, au cinéma des années 50 et 60 et à l’Histoire de l’érotisme. Dans ce dernier domaine, il a publié Secrets de maisons closes, Guide du Paris Libertin et Liberté Égalité Sexualité – révolution sexuelle en France, aux Éditions La Musardine, ainsi que Histoires de seins, aux Éditions Jourdan.

Ceux qui ont été intéressés par La petite histoire des courtisanes ont aussi consulté :