En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Histoire et Géographie > Histoire > Histoire du Monde > Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982)
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982)

Ivan Jablonka

Le Seuil
Format: ePub

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
13,99

Ajouter au panier

Dans les années 1960 et 1970, la DDASS de la Réunion a transféré en métropole plusieurs centaines d'enfants abandonnés ou retirés à leurs parents. Ils étaient alors confiés à des familles ou à des institutions situées principalement dans le Massif central et le Sud-Ouest. Aucun voyage de retour n'était prévu. Ce transfert a été un échec : malgré quelques réussites individuelles, la grande majorité a souffert du déracinement, de la solitude, du racisme, du chômage.

Quarante ans plus tard, des anciens pupilles ont intenté un procès retentissant à l'État, réclamant des centaines de milliers d'euros de dédommagement. Faut-il, comme eux, relier cet épisode aux pages les plus noires de l'histoire de France, l'esclavage et la déportation ? Ce transfert d'enfants incarnerait-il un néo-colonialisme qui n'ose pas dire son nom ?

L'artisan de cette opération, Michel Debré, s'inquiétait de l'explosion démographique qui pesait sur l'île, mais il avait surtout l'ambition d'intégrer la Réunion à l'ensemble national et de transformer des petits créoles en Français comme les autres.

C'est pourquoi il faut plutôt envisager cette inquiétante conclusion : la migration des pupilles réunionnais, avec la somme de souffrances qu'elle a engendrée, a été menée à bien parce qu'elle était conforme à l'idéal républicain.

Ancien élève de l'ENS, Ivan Jablonka est maître de conférences à l'université du Maine.

Ceux qui ont été intéressés par Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982) ont aussi consulté :