En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Lettres > La symbiose mycorhizienne
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

La symbiose mycorhizienne

Jean Garbaye

QUAE
Format: PDF sans DRM,ePub sans DRM

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
23,99

Ajouter au panier

A de rares exceptions près , les plantes vertes terrestres vivent en symbiose — c’est-à-dire en association intime, durable et à bénéfice mutuel — avec des champignons liés aux racines sous la forme d’organes mixtes appelés mycorhizes.
Bien connue depuis la fin du XIXème siècle dans les milieux scientifiques, en particulier grâce aux découvertes décisives de chercheurs français, la symbiose mycorhizienne, qui fait actuellement l’objet de recherches très actives dans le monde entier comme en témoigne une abondante littérature en  langue anglaise, a  paradoxalement été négligée en France dans l’enseignement de la biologie et des disciplines agronomiques. Le public, même averti, ignore que les végétaux sont des entités composites dont nombre de performances sont dues à leurs associés fongiques, et rares sont les professionnels des productions végétales qui intègrent ce fait biologique majeur dans leurs prises de décision. Or le virage actuel que prend l’agriculture des pays développés, y compris la France, vers une agriculture avec moins d’intrants impose de mobiliser toutes les connaissances pour inventer de nouvelles techniques plus respectueuses de l’environnement : la maîtrise de la symbiose mycorhizienne en fait partie.
Première synthèse approfondie et exhaustive en français sur le sujet, cet ouvrage présente les découvertes fondamentales les plus récentes et leurs applications pratiques en agronomie, horticulture, sylviculture et conservation des espaces naturels. La symbiose mycorhizienne est traitée de façon accessible à tous selon trois points de vue complémentaires : celui du naturaliste (diversité et typologie des symbioses mycorhiziennes), celui du biologiste (aspects fonctionnels, écologiques et évolutifs) et enfin celui de l’agronome (techniques pour maîtriser l’effet mycorhize).

Ceux qui ont été intéressés par La symbiose mycorhizienne ont aussi consulté :