En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > LITTÉRATURE > Romans et Nouvelles > Les Kâma-sûtra suivis de l'Anangaranga
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Les Kâma-sûtra suivis de l'Anangaranga

Vâtsâyana , Kalyanamalla

ZULMA
Format: ePub sans DRM

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
9,99

Ajouter au panier
Texte intégral traduit du sanskrit par Jean Papin. Écrits au début du XVIe siècle, l’Anangaranga est le dernier des grands traités érotiques indiens. Avec les célèbres Kâma-sûtra (vers IIe-Ve siècle), il constitue un volume inédit et représentatif d’une tradition amoureuse plus que millénaire. Documents de premier ordre sur les fondements de la société indienne, ces deux classiques du savoir-vivre amoureux offrent le truculent tableau d’hommes et de femmes à la recherche du bonheur, par tous les moyens possibles. Autant attachés aux voluptés de l’amour que les Kâma-sûtra, l’Anangaranga propose en plus une classification des zones érogènes en fonction des phases de la lune, de même qu’un choix exceptionnel de recettes aphrodisiaques. Au-delà de ces curiosités piquantes, il accorde également à la femme un statut jusque-là inédit. Grâce à l’admirable travail de Jean Papin, qui a su rendre à merveille le ton, le rythme, la fraîcheur et la poésie des originaux, ce manuel du plaisir absolu est un incomparable texte de civilisation. À vrai dire, on sait peu de choses sur Vâtsyâyana, l’auteur de ce grand « Livre de l’amour » que sont les Kâma-sûtra, et guère plus sur Kalyanamalla, celui de l’Anangaranga. Sinon qu’ils sont tous deux, à n’en pas douter, d’obédience brahmanique. Le premier a dû vivre entre le IIe et le Ve siècle. Il a composé son ouvrage, comme il l’avoue modestement, en condensant des textes d’auteurs vivant de mille à deux mille ans plus tôt. Ce qu’a également fait Kalyanamalla, auteur de l’Anangaranga, qui était roi et régna aux alentours de 1520-1540. Jean Papin est l’auteur de plusieurs livres originaux sur le yoga, le tantrisme ou la cuisine indienne, spécialiste de la médecine ayurvédique dont il a traduit, également du sanskrit, le principal traité.

Ceux qui ont été intéressés par Les Kâma-sûtra suivis de l'Anangaranga ont aussi consulté :